Jour 1 – Premier pas sur l’île de la Dominique

J’ai pas mal réfléchi sur la façon dont j’allais vous parler de notre voyage en Dominique. J’ai décidé de vous en faire un récit simple, un peu brut puisque je vais simplement retranscrire mes écrits papier sur le blog et les partager avec vous. J’espère que cela vous plaira et que vous voyagerez un peu avec nous sur cette île magnifique.

Rejoindre la Dominique en bateau, depuis la Guadeloupe.

Il est 5h du matin, le réveil sonne, la nuit a été courte. C’est fou, mais cela faisait longtemps que cela ne m’était pas arrivé. Le stress du départ.

Je n’ai pas stressé la veille de notre départ en Guadeloupe, ni au moment où nous avons quitté Bangkok. Je suis plutôt celle qui laisse la foule s’amasser et qui monte dans l’avion en dernier. Mais là, je ne sais pas, la Dominique ! Je pars visiter la Dominique !!!! Il y a des noms comme cela qui résonnent fort et loin et pour moi cette île faisait partie des endroits que je ne pensais pas pouvoir découvrir un jour. Alors, ce matin quand mon réveil sonne, je suis comme une môme le matin de noël, je cours partout et je ne regrette même pas le fait de ne pas avoir eu le temps d’avaler mon café.

Embarque pour l’Express des îles !

Photo Mélissa attend le bateau pour la Dominique
Mode routard activé pour Mélissa

Nous voilà sur les quais de Bergevin à Point à Pitre. L’Express des îles est déjà là, la foule se masse, nous restons un peu à l’écart. Je profite de la terre ferme encore un peu avant de devenir un être marin. Je me fais gentiment chambrer sur Facebook « Astrid, tu vas galérer dans le vomi-boat ».  Effectivement, à peine assis, on vient nous distribuer des sachets en plastique…

Hugues reste sur le pont à l’extérieur et Mélissa et moi choisissons l’intérieur près des fenêtres.. Le canal de la Dominique approche, le bateau commence à tanguer méchamment. Je repense au « vomi-boat » et je comprends mieux l’expression. Mélissa me regarde, misère elle est plus blanche que moi. Je sors ma dernière carte en lui massant le visage. Ouf, elle s’endort !!! Je sombre également dans un profond sommeil. Le pire est évité !

Photo Vue sur le l'île de la Dominique depuis l'express des îles
Vue sur le l’île de la Dominique depuis l’express des îles

Ca y’est nous touchons la terre ferme. Je fais mes premiers pas dans la ville de Roseau. Enfin je découvre la Dominique. Je suis contente de retrouver un sol stable. La chaleur est étouffante, je découvre des gens souriants, il y a de la musique partout dans les rues, c’est jour de marché il y a un monde fou dans les rues.

De Roseau à Pont-Cassé

Après avoir tourné dans toute la ville pour trouver un distributeur qui accepte nos cartes bleues respectives, nous voilà dans le minibus qui nous conduit à Pont-Cassé.
La route est sinueuse, ça monte, ça tourne, moi qui pensais que le bateau était loin, voilà que mon estomac se retrouve en difficulté de nouveau.
Enfin, le  bus s’arrête. nous descendons et clairement, on peut dire que nous sommes au milieu de rien, ou au milieu de tout comme dit Charles, puisque nous sommes en plein coeur de la Dominique.
Donc, en plein milieu de tout, à gauche du rond-point, une case qui passe de la dance-hall bien sale, c’est le moment pour nous de tester le rhum-spicy Dominiquais.
Nous marchons en direction du terrain de Charles où nous passerons le week-end. A savoir que le terrain est au milieu de rien (vraiment de rien) et qu’il n’y a ni eau, ni électricité 😀
Pas de problème, nous avons prévu les hamacs, du poisson frais et du ginger wine !

L'enfant des bois !
L’enfant des bois !

Le temps d’arriver, de poser nos affaires et de manger un morceau vite-fait nous voilà reparti pour une vingtaine de minutes de marche afin d’aller trouver les cascades de Salton Falls et de nous approvisionner en eau.
Salton Falls, comme beaucoup de sites en Dominique est un site privé sur lequel s’écoule de l’eau de source, une rivière et de multiple cascade. Nous sommes morts en arrivant sur le site du coup nous ne poussons pas plus loin que le premier bassin. Une douche sauvage express et 40 litres d’eau, portée par les garçons, plus tard nous voilà enfin posé à la casa.
Pas d’électricité, une journée chargée, il est 21h tout le monde s’écroule dans les chambres, il pleut à torrent, le bivouac ce sera pour demain…

Une pensée sur “Jour 1 – Premier pas sur l’île de la Dominique”

Laisser un commentaire