Bivouaquer avec un enfant – Quelques trucs et astuces.

Bivouaquer ou voyager avec un enfant nécessite un peu de préparation. Je suis persuadé que faire le tour du monde avec un enfant est source d’enrichissement pour lui. Je le vois avec Mélissa. Depuis que nous sommes partie, elle a pris confiance en elle et appréhende le monde un peu plus sereinement.
Je vous livre ici, un petit mode d’emploi pour vous aider à préparer au mieux vos enfants aux randonnées itinérantes, ou même randos simples.

Bivouaquer avec un enfant, mode d’emploi.

Bivouaquer avec un enfant : l'impliquer avant même le départ
Bivouaquer avec un enfant : l’impliquer avant même le départ

Impliquer l’enfant avant le départ.

Hé oui, ça peut paraître logique, mais plus vous impliquerez votre enfant dans les préparatifs de la randonnée itinérante et du bivouac, plus il sera enclin à vous suivre.
Mélissa étant déscolarisée, nous avons choisi de nous servir de cette expérience pour lui faire faire un peu « école ».
Elle a donc elle-même rédigée la liste des choses à mettre impérativement dans son sac à dos.
Au début, elle souhaitait emmener plein de jeu, le test grandeur nature du port du sac lui a vite fait passer l’envie 😀
Elle s’est ensuite lancée dans des recherches google pour comprendre un peu mieux les Îles des Saintes, puis elle les a repéré sur sa carte.

Randonnée Itinérante : préparation du sac
Randonnée Itinérante : préparation du sac

Montrer à l’enfant qu’on lui fait confiance

Lui faire confiance pour qu'il prenne confiance
Lui faire confiance pour qu’il prenne confiance

C’est la partie la plus difficile pour moi. Non pas que je doute des capacités de ma fille, mais, c’est mon tout petit bébé à moi et j’ai toujours peur qu’elle se fasse du mal.
Mais je dois avouer qu’elle m’a épaté. Elle a crapahuté comme une pro pendant cette randonnée itinérante de 45km. A savoir que les Saintes ne sont pas des îles plates, ça grimpe et pas qu’un peu !
Il faut donc laisser l’enfant gagner en autonomie, lui laisser gérer sa tente par exemple. Planter les sardines, défaire et faire son sac à l’intérieur, s’approcher parfois un peu trop près des falaises (une main discrètement accrochée à son sac à dos hem).

Rester à son écoute :

Les laisser faire leur vie
Les laisser faire leur vie, parce que là clairement, elle voulait juste se la jouer Robinson

Et c’est là le plus important. Quand vous sentez qu’il a besoin de repos, posez-vous. Pensez à lui, trouvez lui un but à chaque début de rando (une visite, une baignade, au pire une glace….), laissez le jouer et vivre en autonomie, par exemple, une fois les tentes plantées, il m’était impossible d’avoir une Mélissa habillée, j’arrivais à lui faire garder sa culotte parce que quand même, mais pas plus !

Un poisson braisé à emporter s'il vous plait !
Un poisson braisé à emporter s’il vous plait !

Comment réussir un bivouac ou une randonnée itinérante avec un enfant (en résumé):

  • Pouvoir bivouaquer avec un enfant nécessite de l’impliquer dés le début (check-list, sac à dos, carte, tracé d’itinéraire etc)
  • Trouver un but pour chaque jour. Cela s’applique pour les randonnées les plus simples. Que ce soit une baignade, un jeu, un truc à visiter, une glace, peu importe. Rare sont les enfants qui marchent pour marcher.
  • Réussir à les impliquer PENDANT la randonnée. Mélissa est équipée d’un appareil photo. Mais il peut tout aussi bien s’agir de donner une carte à l’enfant, des jumelles ou lui laisser le temps de dessiner ce qu’il voit à chaque étape. Bon, cette dernière idée m’a été soufflée lors de notre randonnée des roches gravées à Grande Pointe.
  • Avancer à son rythme 🙂
  • Lui laisser le temps de décompresser tranquillement entre chaque marche.
Une premier bivouac plus que réussi
Une premier bivouac plus que réussi

Voilà vous savez tout ! Bientôt, Mélissa viendra vous donner son avis sur ce premier bivouac aux Saintes.

Si vous souhaitez découvrir plus de photo, rendez-vous sur l‘album Facebook de la page du blog dédié Aux Saintes.

Laisser un commentaire